header-patients

Les traitements

Le traitement standard actuel du glioblastome consiste en une résection maximale de la tumeur dans 50% à 90% des cas selon les zones géographiques (ou en une simple biopsie pour les tumeurs non opérables), avec éventuellement ajout d'un traitement de chimiothérapie local (implant de carmustine : Gliadel® wafer de Eisai/Arbor) aux Etats-Unis et au Japon, suivie par la mise en œuvre du « protocole de Stupp » : radiothérapie puis chimiothérapie adjuvante - temozolomide (Temodal® de Merck) - pendant six mois. Cette première ligne de traitement dont l'efficacité est variable selon le statut biologique des malades pour les gènes EGFRvIII et MGMT, leur âge, et leur condition générale, permet un gain de survie d'un peu plus d'un an en moyenne, mais n'empêche malheureusement pas la survenue quasi-systématique d'une récidive.

Les traitements de deuxième ligne sont plus variables. Si les deuxièmes résections sont rares hormis aux Etats-Unis, une nouvelle chimiothérapie avec un produit cytostatique de la famille des nutroso-urées, comme la Lomustine (CeeNU®/Belustine de BMS/Prostrakan) ou la Carmustine (BiCNU®de BMS), est généralement prescrite en association avec l'anti-angiogénique bevacizumab (Avastin® de Roche).  Cette deuxième ligne de traitement permet un allongement de la durée de vie sans symptômes mais ne modifie pas la survie globale de manière significative.

 

Au-delà de ces traitements déjà commercialisés, les malades peuvent bénéficier de traitements expérimentaux prometteurs dans le cadre d'essais cliniques.

traitement-chirurgie
Chirurgie
traitement-radiotherapie
Radiothérapie
traitement-chimiotherapie
Chimiothérapie